Tintin ches les Paloumayres (article de Pierre Arditi)

Publié le par Jacques GAYE

img381

Pierre ARDITI (photo de la page 112 du n°18 de la revue "Terre de Vins")

 

" Tintin chez les paloumayres " titre de l'article de Pierre Arditi (" acteur, comédien et fou de vins ") dans le numéro 18 de la revue " Terre de Vins " (juillet / août 2012) consacré aux vins rosés.

" Le sang de la vigne " et les aventures de Benjamin Lebel m'emmènent aujourd'hui dans une palombière, chez ceux que l'on nomme les paloumayres. C'est-à-dire ces chasseurs fascinés par ce pigeon ramier appelé palombe, ou bien encore l' "oiseau bleu", comme son plumage, et qui provoque chez les chasseurs précités une fièvre de la même couleur !

Ah, les chasseurs ! Aimés ou haïs, ils provoquent souvent - pour ne pas dire toujours - des réactions qui ont rarement à voir avec la raison. Soit protecteurs de la nature, puisque connaissant le moindre de ses battements, ils sont les mieux placés pour protéger, préserver ce qui en fait la richesse. Soit bouchers sanguinaires prêts à tout pour satisfaire un instinct primitif, au mépris des plus élémentaires règles de préservation des espèces animales, attitude irresponsable qui conduira inexorablement à la perte d'un équilibre écologique majeur.

Comme toujours, la vérité est ailleurs, plus complexe. Et on ne peut la percevoir que débarrassé de tout a priori, avec pour seule exigence de vivre ce que les chasseurs en question vivent et cherchent ici.

En pénétrant dans la palombière de Philippe Carreyre, comme Tintin dans " Le Temple du soleil ", j'ai d'abord la conscience forte que c'est un honneur qui m'est fait de pénétrer dans ce que cet homme a sans doute de plus cher.

Et puis, immédiatement, je me suis fasciné pour l'extraordinaire architecture de ce lieu (je devrais dire de "ces" lieux), dédales de fils, de poulies, de plate-formes, de couloirs végétaux, de manivelles, j'en oublie, de cages et de filets. Car ici on ne tire pas, on capture au filet rabattant horizontal.

Cette " mécanique des grands-pères ", sorte de machine infernale faite pour jouer et, parfois, tromper et vaincre l'oiseau bleu, cette mécanique inventée par des hommes-enfants qui ont trouvé là le plus beau des trains électriques. Rien de tout cela ne me semble sanguinaire : on passe parfois des jours entiers à attendre, observer, espérer et, si rien ne vient, comme dirait Beckett, quel beau jour ça aura été !

Rien de dévastateur pour la nature, la géographie alentour est un modèle de vertu écologique. Jusqu'à la moindre feuille de fougère qu'il est interdit de souiller.

Quant à l'humanité, après une merveille de salmis de palombe préparé par les dames et la convivialité du groupe qui m'accueille - je devrais dire qui " m'adopte " - un beau verre de pavie macquin 2001 et les commentaires éclairés de Jacques Gaye, auteur d'un formidable " Dictionnaire de la palombe ". L'humanité est à son comble. Encore une fois, il faut se garder des a priori. Il y a sans doute des c... chez les chasseurs, mais il y en a aussi ches les acteurs, alors !

Comme le disait François Mauriac : " A peine les a-t-il fait poser qu'il "coucourège", qu'il imite le roucoulement rauque de l'oiseau et il l'attire ainsi vers la captivité et vers la mort avec ce chant qui est un appel tendre et passionné."

Pierre ARDITI

 

* Commentaire de Daniel TESTET (auteur du livre " A dire d'elles / des palombes ... et des hommes " et paloumayre à Pellegrue) adressé à Jacques Gaye (paloumayre à Escoussans), Philippe Carreyre (paloumayre à Balizac), Sandra et Camille (de l'Office de Tourisme d'Hostens) :

A la lecture du dernier magazine " Terre de Vins ", j'ai d'abord lu, comme à mon habitude, la chronique " En coulisses " de Pierre Arditi, intitulée cette fois " Tintin chez les paloumayres " !

Et, bien sûr, j'ai su de suite de quoi et de qui parlait ce grand commédien.

C'est plutôt en des termes élogieux qu'il évoque sa rencontre avec Philippe, Jacques et le salmis !

Ce qui me plaît, c'est que vous avez su lui faire sentir cette passion et qu'il nous défend et nous comprend comme éléments d'une nature sensible et responsable.

Je suis très heureux que ce tournage ait eu lieu chez toi, Philippe, grâce à Jacques dans un premier temps.

Nous avons bien besoin d'être connus et reconnus hors de nos bois. Pierre Arditi parlera de ces paloumayres avec d'autres. " Terre de Vins " est lu par de nombreux lecteurs du monde entier.

Donc, bravo pour votre accueil qui l'a marqué. Sandra et Camille ont également une grande part dans cette opération.

La fête de la palombe (samedi 1er septembre, à Louchats) sera une deuxième étape, plus locale, qui aura aussi son impact.

 

* Commentaire de Philippe RAYMOND (oenologue, responsable du service technique et contrôle du Conseil des Vins de Saint-Emilion) : Excellent

 

* Commentaire de Bernard PUCHEU-PLANTE (de Talence) : Je ne sais pas quelle opinion Pierre Arditi avait des paloumayres ; mais d'après son article, cette visite lui aura au moins apporté une vision réaliste, pleine d'humanité et de convivialité. Je pense qu'il en gardera un bon souvenir et sera un bon embassadeur de la chasse à la palombe.

 

* Commentaire de Christian TRICARD (demeurant à La Brède et travaillant à Paris) : J'avais un grand respect pour Pierre Arditi que je suis allé voir au théâtre récemment ; il est encore renforcé !

 

* Commentaire de Laurent DEGRAVE (Parc des Landes de Gascogne) : Grand merci pour cet article que je ne manquerai pas d'afficher dans ma palombière.

Commenter cet article