Palombe en fête à Pellegrue (samedi 3 septembre 2011) Programme détaillé et Interview de Jacques Gaye

Publié le par Jacques GAYE

img910

img911

 

RADIO ENTRE-DEUX-MERS (98.4 MHz)

Mardi 23 août 2011

Emission en occitan d'Alain PIERRE

(de 18 h 00 à 19 h 00)

 

Invité : Jacques GAYE, pour parler de son livre " Passion d'Automne / les paloumayres girondins " paru aux Editions de l'Entre-deux-Mers, en 2008.

Présentation en occitan de Jacques Gaye, par Alain Pierre.

Réponses de Jacques Gaye en français.

 

Description et présentation de l'enquête sociologique de Jacques Gaye, paloumayre à Escoussans.

Etude menée avec le soutien de la Fédération départementale des chasseurs de la Gironde.

 

* La moyenne d'âge du paloumayre girondin est de 54 ans.

* Comment le paloumayre apprend-il à chasser ? Surtout par transmission familiale.

* Budget annuel d'une palombière : en moyenne, 619 euros (cette somme est à diviser par 4 chasseurs et par 40 jours de chasse)

* Nous pouvons trouver des dames qui chassent à la palombière ; mais cela est très minoritaire.

 

* Une chanson d'un CD du groupe "Nadau"

 

* La palombière est-elle toujours à la même place ? Certaines oui. D'autres cabanes se sont déplacées dans le bois.

* Routes et chemins pour accéder à la palombière : Parfois, nous pouvons trouver des tuiles cassées dans le chemin, pour permettre une meilleure adhérence des véhicules quand il pleut.

* Il n'est pas rare de trouver un ou deux garages pour cacher les voitures des paloumayres.

* La palombe est un oiseau essentiellement arboricole. Mais les premières chasses, dans le grand Sud-Ouest, ont démarré à même le sol, pour chasser les "rouquets" et même les palombes. Puis la technique du sol avec appelants a été transposées dans les arbres (chênes, pins). Le chêne est l'arbre préféré de la palombe car elle peut s'y nourrir de glands.

* La superficie boisée autour de la palombière est très variable : par exemple, petits bois dans l'Entre-deux-Mers, et grande étendue forestière dans les Landes girondines.

* Jacques Gaye n'a pas trouvé des archives sur la chasse à la palombe en Gironde, alors qu'il en existe dans la région de Nérac, dans le Bazadais et dans les Pyrénées basques. Dans l'Entre-deux-Mers, les premières palombières ont été installées avec l'apparition des premiers fusils de chasse, à la fin du XIXe siècle. Dans le massif forestier landais, on chasse les palombes au sol pour les attraper vivantes avec un filet. Dans l'Entre-deux-Mers, à cause de la densité des feuillus, la cabane est perchée dans un chêne ou sur des poteaux ; cette cabane est appelée "jouquet". En gascon, s'ajocar signifie "se percher".

* Alain Pierre : "Les couloirs, en brande ou en fougères, sont utilisés par le paloumayre pour pouvoir se déplacer dans le sous-bois sans être vu par les palombes posées dans les arbres de la palombière." Jacques Gaye : "Oui, ça, c'est le côté technique de la chasse à la palombe. Mais j'aimerais que nous revenions à la partie sociologique de la palombière."

 

* Une chanson d'un CD de "Gric de Prat", qui va animer la messe des paloumayres, à Pellegrue, le samedi 3 septembre, à 10 h 00.

 

* Description détaillée d'une cabane.

* Confort actuel : Les cabanes sont abritées de la pluie. Certaines possèdent un chauffage (poêle ; cheminée) comme dans les Landes.

* Sécurité : Pour un "jouquet", il faut installer une échelle solide et sécurisée (ou des échelles, avec des paliers). La sécurité est encore plus importante si le paloumayre installe un ascenseur. La Fédération départementale des chasseurs de la Gironde vient d'éditer une plaquette "La sécurité en palombière" (monter aux arbres pour les élaguer et installer des barres d'appeaux ; bien choisir son matériel de grimpeur).

* Branchement électrique de la cabane, depuis un poteau de l'EDF ou à partir d'un groupe électrogène.

* Eau courante dans la cabane : Jacques Gaye : "Je connais une palombière qui possède l'eau courante à 15 mètres de haut ; deux autres ont installé un lave-vaisselle. Mais, en général, les paloumayres stockent l'eau de boisson dans des bidons en matière plastique.

* Les accidents dans les palombières ont surtout lieu quand le paloumayre prépare son installation.

* Dans certaines palombières, nous pouvons voir des escaliers ou des ascenseurs, manuels ou électriques. Dans la plaquette de la Fédération des chasseurs girondins, nous pouvons lire : "Un peu de rusticité sera toujours préférable à une débauche de technologie." Jacques Gaye : "Dans la région d'Aire-sur-l'Adour, une cabane qui ressemblait à une résidence secondaire avait été installée sans permis de construire. L'affaire est allée au Tribunal. Les paloumayres ont dû démolir leur cabane en dur ..." 

* Gavage des palombes à la seringue ou à la bouche.

 

* Une chanson d'un CD du groupe "Cap Negue".

 

* La salle à manger d'une palombière est souvent plus spacieuse que la cabane de chasse.

* Pour les repas à la palombière, l'entrecôte est le plat le plus fréquent. Le rôle du cuistot est important ; dès 11 h 00, on peut le voir éplucher les légumes. Parfois, faire la vaisselle après le repas est comme une "punition" qui est donnée au paloumayre qui a manqué sa palombe posée.

* Les palombes cuisinées (en salmis ou rôties) sont surtout servies au repas de fin de campagne, appelé "pampaillet" ou "acabailles".

* Les palombes prélevées à la chasse sont souvent offertes aux invités ; certaines vont au propriétaire du bois pour "payer la location".

* Pour accompagner certains plats, le paloumayre va parfois chercher des cèpes autour de sa cabane car il connaît le bois de sa palombière comme sa poche ...

* En ce qui concerne les bouteilles de vin, le paloumayre girondin a la chance de chasser à côté ou dans le vignoble bordelais. Pendant la période de chasse à la palombe, les paloumayres girondins consomment souvent du "bourrut" (vin blanc en fermentation et encore sucré).

* Si l'on est invité dans une palombière, il ne faut surtout pas arriver les mains vides, mais apporter soit une bouteille d'apéritif ou de vin, soit une entrecôte, soit du fromage, soit le dessert.

* Quand il y a un "creux" pendant la migration (pas de passage de palombes), un paloumayre doit rester quand même à la "ouèyte" (poste d'observation) car l'épervier (ou "astouret") peut attaquer les appeaux. Mais, par temps de pluie ou de brouillard tenace, certains paloumayres descendent leurs appelants et rentrent chez eux.

* Alain Pierre : "Je tiens à lire, maintenant, une histoire de chasse en patois des Benauges qu'a racontée Jeannot Bertin (paloumayre à Soulignac) à Jacques Gaye (page 169 du livre "Passion d'Automne") : Une histoire de cassa que a racountat un paloumayre daou Baya : Eri sur la porte de moun oustaou. Biri paousa dos paloumes dèn los casses. Prèni moun fusil à pistoun, la musette de munitiouns et un journaou. Descèndi dèn lou sentier que mène aous casses. Arribe aqui debat. Y abèbe dos paloumes peurtout. Mais moun fusil n'ère pas cargat. Attrapi la boîte de poudre. Nè méti un petit de poudre dèn lou canoun, daou papey. Bourri un petit. Daou ploumb. Daou papey. Tourni bourra. Méti l'amorce dèn la caminèye. Eri prète à tira. Y abèbe quate o cin sur une branque. Aligne. Tiri sur la gâchette. Entendi : "Fliou ..." ; lou cop ne part pas. Gueyte biste dèn lou canoun. Que bèsi ? La cargue que mountèbe ! Te tourni braqua. Lou pèt part. Ni toumbèt quand même très et un paney de huilles. Y sey pas coume a co sé eyt : la quatrième toumbèbe dabant la porte daou oustaou."  (traduction : "Une histoire de chasse qu'a racontée un paloumayre du Hayas : J'étais sur la porte de ma maison. Je vis se poser des palombes dans les chênes. Je pris mon fusil à piston, la musette de munitions et un journal. Je descendis dans le sentier qui mène aux chênes. J'arrive dessous. Il y avait des palombes partout. Mais mon fusil n'était pas chargé. J'attrapai la boîte de poudre. Je mis un peu de poudre dans le canon, du papier. Je tassai un peu. Du plomb. Du papier. Je retassai. Je mis l'amorce dans la "cheminée". J'étais prêt à tirer. Il y en avait quatre ou cinq sur une branche. J'aligne. Je tire sur la gâchette. J'entendis : "Fliou ..." ; le coup ne part pas. Je regarde vite dans le canon. Que vois-je ? La charge qui montait ! Je vise à nouveau. Le coup part. Il en tomba quand même trois et un panier de feuilles. Et je ne sais pas comment cela se fit : la quatrième tomba devant la porte de ma maison."

 

* Intermède musical : une chanson sur la palombe en occitan. 

 

* Le samedi 3 septembre prochain : Grande fête de la Palombe à Pellegrue, avec notamment : une démonstration de grimpe aux arbres (un pin et un chêne) ; du matériel d'escalade exposé ; un concours de roucoulayres ; le groupe folklorique de Mussidan ; un éleveur d'appelants (pigeons, palombes) qui vient de Dordogne. Toutes ces animations auront lieu sur le parvis de l'église. Le soir, un banquet sous la halle, suivi du spectacle de Plumet, "Le pampaillet du paloumayre". Et, en exclusivité, une découverte des palombières autour de Pellegrue en hélicoptère. On pourra aussi trouver le stand du fabricant de couteau "Le paloumayre" ; un coin-librairie avec les livres : "A dire d'elles / des palombes ... et des hommes" (Daniel Testet), "Dictionnaire de la palombe" (Jacques Gaye, Jacques Luquet, Pierre Verdet), .... ; une exposition de photos de palombières (Claude Pèlerin) ; la revue "Palombe & tradition" (stand tenu par Jean-Marc Cridelauze, un des rédacteurs de la revue) ; des objets de collection autour de la palombe (de Jacques Luquet)

 

* Un autre intermède musical

 

* Jacques Gaye : "Je ne connaissais pas les gens de Pellegrue. L'an dernier, en préparant la première fête de la palombe, j'ai découvert une équipe organisatrice extraordinaire. Alors, après les fêtes de la palombe de Soulignac et d'Arbis, pourquoi ne pas fédérer les bonnes volontés dans l'Entre-deux-Mers ?"

* Alain Pierre : "Passion d'Automne / les paloumayres girondins", un livre actuellement épuisé ; seulement dans les bonnes bibliothèques ..."

* Jacques Gaye : "Un dernier mot : Le "Dictionnaire de la bécasse" dont l'auteur est Pierre Verdet, sort le mois prochain. Comme le "Dictionnaire de la palombe", ce livre est publié aux Editions Sud Ouest.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article