Migration 2012 des palombes en Benauges

Publié le par Jacques GAYE

La région des Benauges fait partie de l'Entre-deux-Mers.

 

Journal SUD OUEST Sud-Gironde du vendredi 16 novembre 2012

 

Article publié sur Internet (www.sudouest.fr) le 16/11/2012 à 06h00
par Danielle Fidaire (correspondante du journal pour le canton de Targon)

 

  Escoussans

Moitié moins de palombes en Benauges

A Escoussans, les comptages de cet automne donnent 20 060 palombes.

44 % de moins qu'en 2011.

DSC01388

Gilles Bougréau, paloumayre au Hayas, notant le nombre de vols suivant leur classe (10 à 50, 50 à 100…).

(Photo Jacques Gaye)

Depuis 1985, Jacques Gaye, paloumayre à Escoussans au bois du Hayas, participe à une étude sur la palombe dans le Sud-Ouest, étude du GIFS (Groupe d'investigation sur la faune sauvage).

Dans le carnet de chasse distribué par la Fédération des chasseurs de la Gironde à 115 correspondants, il doit noter le nombre de vols vus et posés, ainsi que les prélèvements.

Comme précisé par Jacques Gaye, la migration des palombes dans les Benauges a débuté le 17 octobre avec un pic à la Saint-Luc, puis a repris le 21 octobre avec une forte journée de passage le 23 octobre.

Le deuxième flux migratoire est allé jusqu'au 30 octobre et a représenté plus de deux tiers du total vu pendant la saison 2012.

Un troisième flux a eu lieu après la pluie les 7 et 8 novembre. Au total, les paloumayres du Hayas ont vu 281 vols, estimés à 20 060 palombes.

Cela correspond à 44 % de la saison précédente, une année record de migration dans le département.

En terme d'observations dans les Benauges, l'effectif migrant de la saison 2012 est d'environ la moitié de celui observé à Soulignac et à Escoussans en 2011, 20 % de moins à Arbis, identique pratiquement à Cantois et à Gornac.

Il semble donc que la migration 2012 des palombes a été plus importante à l'est des Benauges.

Les prélèvements dans les palombières ont été bons quand le vent était nord ou nord-ouest, même fort, notamment le dimanche 28 octobre jour de la Saint-Simon, roi des palombes.

 

 

Lettre de Mme M.... demeurant à Sèvres (Hauts-de-Seine) - datée du 20 novembre 2012 - adressée à J. Gaye

" Native de La Réole et lectrice de Sud Ouest, j'ai lu avec intérêt l'article du 16 novembre "Moitié moins de palombes en Benauges"

  Je me permets de vous signaler un phénomène que je constate depuis mon arrivée à Sèvres, début novembre. Mon attention s'est portée sur des vols quotidiens de palombes passant au-dessus de ma résidence.

  J'habite sur une colline boisée au-dessus de Sèvres, à moins d'un kilomètre de la Seine. Or, elles arrivent de l'Est, traversent la Seine et amorcent un virage vers le Sud, au-dessus de chez moi. Ceci entre 8 h 45 et 10 h 00. Plus rien ensuite. J'ai pu les identifier tellement elles passent près de mes fenêtres, au troisième étage, souvent isolées ou par petits groupes. Elles volent très bas, à la hauteur des arbres du Parc Eiffel.

  Je me pose bien des questions à leur sujet. Je sais qu'il y en a qui nichent au Bois de Boulogne, sous la Tour Eiffel, et sans doute dans Paris et au-delà. D'où viennent-elles ? Où vont-elles ? Pourquoi un passage aussi bref ? Les vols s'amenuisent ces derniers jours. Il nous manque beaucoup de repères. Depuis 1955, j'habite ici et n'avais jamais prêté attention à ce phénomène qui se reproduit chaque automne !

  Pouvez-vous transmettre ma lettre au GIFS dont vous signalez l'existence ? Je serais heureuse de participer à cette étude passionnante.

P.S. Permettez-moi une réflexion personnelle. Je pense au bouleversement qu'elles provoquent, durant plusieurs mois, chez les paloumayres du Sud-Ouest : les préparatifs, les précautions pour qu'elles ne s'aperçoivent de rien, toutes les astuces, l'attente longue, longue, le froid des petits matins, pour en définitive n'en attraper que quelques-unes. Une religion ? Une tradition ? Sans oublier les agapes !!! ... "

 

Commenter cet article

Georges 05/12/2012 12:45

Bonjour,
J'ai découvert la palombe et toutes les techniques de chasse et traditions du Terroir qui l'entourent depuis peu... J'ai été invité dans une palombière du Périgord et cette découverte m'a beaucoup
intéresssé moi qui ne suis pas chasseur. (j'ai publié un article sur mon blog) Merci de vos articles qui sont fort intéressants et édifiants pour le néophyte et qui montrent que ces traditions
méritent d'être reconnues et perpétuées.
Cordialement