Les photos de l'article "Pierre Arditi à la palombière"

Publié le par Jacques GAYE

"Pierre Arditi à la palombière", article de Jacques GAYE paru dans la revue "Palombe & tradition" (n°35 - été 2012).

Clichés ci-dessous de Jacques Gaye

 

DSC09592

                          Dans la palombière pédagogique de Louchats (10 avril 2012).

De gauche à droite : Pierre Arditi (jouant le rôle d'un oenologue dans "Le sang de la vigne", téléfilm de France 3), Philippe Carreyre (maire de Louchats, paloumayre à Balizac), Sandra Coycault (Office de Tourisme du Pays Paroupian, à Hostens), Camille Durand (animatrice de la palombière pédagogique de Louchats).

 

Suite à la visite de l'acteur, la palombière pédagogique de Louchats est appelée "Palombière Pierre Arditi" par certaines personnes de la région ! ! !

 

DSC09607      DSC09610

Répétition devant la palombière de Balizac                           Lecture de l'article du journal Sud Ouest :

                                                                                                         "Pierre Arditi descend chez les paloumayres".

 

DSC09638            DSC09644

Pause de Pierre Arditi entre deux scènes                                 Camille et Philippe ont offert à l'acteur

de tournage (en arrière-plan : Patrick Bouchitey).                         un béret "Lou paloumayre".

 

DSC09651      DSC09652

De faux gendarmes à la palombière de Balizac                       Scène de tournage photographiée depuis

                                                                                                                   le haut de la tour de la palombière.

 

Durant la semaine de tournage à Louchats et à Balizac, Pierre Arditi a dégusté des millésimes du Château d'Yquem, à Sauternes. Ses notes de dégustation sont à la page 14 du numéro 18 du magazine "Terre de Vins" (juillet-août 2012) :

" Invité par le cher Pierre Lurton, j'ai eu le privilège de déguster Yquem 2011 : un bonbon ! Cette sensation richissime que j'ai encore 10 ans et que ce goût de ma petite enfance que je croyais perdu à jamais réapparaît comme par miracle. Puis, pour nous être agréable, nous buvons 1988, 1944 (mon année de naissance !) et l'admirable 1937. Ici, la vie s'est écoulée : la maturité, la force de l'existence, des compétences, tout devient une récompense finale de ce que nous avons été et de ce que nous sommes. Poignant et magnifique. "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article