Historique de la chasse à la palombe dans le Bazadais

Publié le par Jacques GAYE

Au milieu du XVIe siècle, les jurats de la ville de Casteljaloux offrirent 15 paires de "ramiers" (*) à M. Blaise de Monluc, gouverneur de Guyenne.

(*) des palombes ou des rouquets ? : l'Histoire ne le dit pas.

img946    img947

Chasse à la palombe au filet en 1580                     Landes. Chasse des ramiers dans les champs, en octobre.

 

Il est fort probable que la chasse des "rouquets" (pigeons colombins) ait débuté avant celle des "palombes" (pigeons ramiers). "Rouquetière" d'autrefois : terrain fraîchement labouré ; les appeaux : les uns sur des raquettes, les autres attachés à une longue ficelle ; prises au filet avec une "tirasse".

Entre Nérac et Casteljaloux (**), la chasse à la palombe dans les bois a été mise au point, pour la première fois, par des habitants de Barbaste. Ces derniers chassaient la palombe "au retour", aux mois de février et mars.

(**) Dans cette région, nous trouvons de nombreux pigeonniers.

 

img949    img950

           Paloumayre à Casteljaloux                                                  Paloumayre avec sa barre de palombes

 

Les Bazadais eurent alors recours aux Néracais. Le samedi avant la Saint Michel (29 septembre), les chasseurs néracais arrivaient sur la place de la cathédrale de Bazas avec, chacun, une barre de palombes sur l'épaule.

M. Labrèze qui demeurait à Bazas, chassait la palombe à Birac, au lieu-dit "Pébilot". C'est lui qui, en 1830, eut l'idée du mécanisme permettant de monter l'appeau en haut de l'arbre. Auparavant, le paloumayre montait à l'arbre avec  une "échelle-perroquet" et installait ses appeaux avec des "lattes".

Dans les années 1850, des palombières furent alors créées à Saint-Symphorien, Uzeste, Villandraut, Lavazan, ... Très vite, une rivalité prit naissance entre les chasseurs des "grands bois" (ceux de la forêt landaise) et ceux des "petits bois" (près des rives de la Garonne).

 

img951    img952

 

Dans le Bazadais, à la fin du XIXe siècle, on proclamait le "Roi-palombe des prises", tous les ans, à la Saint Martin (11 novembre). Quelques paloumayres célèbres dans le Sud-Gironde : Naudon à Uzeste, Giresse à Bieujac, Filleau à Labescau, Pucrabey à Auros, Depons à Lavazan.

Arrêté préfectoral de 1898 : interdiction de chasser la palombe au filet, seulement au fusil. Actuellement, la chasse de la palombe au filet est une dérogation européenne.

Arrêté préfectoral de 1905 : chasse de la palombe avec des appeaux non aveuglés (suite à la loi Grammont). Du temps de François Mauriac dont le cousin possédait une palombière à Préchac, on crevait les yeux des palombes-appeaux. Dans le roman "Thérèse Desqueyroux" : "Bientôt, il faudrait s'occuper des appeaux, leur crever les yeux." Actuellement, le paloumayre fixe une "clumette" sur la tête de la palombe.

 

img954         img955

                            Jouquet de la Benauge                             Michel Sauboua, grand maître de la Confrérie

                                                                                                         des paloumayres de Bazas

 

Au début du XXe siècle, la pratique de la chasse à la palombe enjambe la Garonne (palombière de M. Charlot à Caudrot). Puis, nous la trouvons en Benauge, en Périgord où les paloumayres chassent la palombe au fusil, dans des "jouquets" (cabanes perchées). Si bien qu'en 1907, Tristan Audebert écrit : "Pour peu que la chasse à la palombe continue sa course folle et vagabonde, elle ne tardera pas à atteindre les rives de la Seine..." L'arrêté du 4 novembre 2003 précise que, pour la chasse des Colombidés, l'utilisation d'appelants vivants (pigeons ou palombes) est autorisée dans 68 départements français dont la Seine-Maritime et la Seine-et-Marne ... Le père de Michel Sauboua disait à ce dernier : "Ne vends pas des palombes aux "chasseurs du Nord", sinon, un jour, ils chasseront comme nous !". Michel Sauboua, paloumayre à Gajac, a été grand maître de la Confrérie des paloumayres de Bazas. 

 

Bibliographie

" La chasse à la palombe dans le Bazadais " de Tristan Audebert II (Féret et fils, éditeurs à Bordeaux, 1907)

" La palombe et ses chasses " de Pierre Verdet et Jésus Veiga (Editions Deucalion, septembre 1992)

" Encyclopédie de la palombe " de Jacques Luquet (atlantica, octobre 2002)

" Passion d'Automne / Les paloumayres girondins " de Jacques Gaye (Les Editions de l'Entre-deux-Mers, septembre 2008)

" Dictionnaire de la palombe " de Jacques Gaye, Jacques Luquet et Pierre Verdet (Editions Sud Ouest, septembre 2009)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article