Fête de la palombe à Bazas / Trois questions à Jacques Gaye

Publié le par Jacques GAYE

  

Article de Pierre Lascourrèges ( p.lascourreges@sudouest.com ) dans le journal SUD OUEST

(Sud-Gironde) du vendredi 1er octobre 2010 : "Trois questions à ..." sous l'article du même journaliste

(de l'agence de Langon) : "La palombe tient son chapitre annuel  /  BAZAS  La célébration de

la Fête de la palombe, ce samedi, marque l'ouverture de la saison d'une chasse traditionnelle"

 

Trois questions à Jacques Gaye (paloumayre à Escoussans, dans l'Entre-deux-Mers) :

 

1) En quoi, la Fête de la Palombe à Bazas est-elle traditionnelle ?

Avec Luxey, c'est une des plus anciennes fêtes. Mais, il faut remonter plus loin pour trouver trace de vieux documents qui montrent l'existence d'un marché des chasseurs à la fin du XIXème siècle, place de la Cathédrale. La chasse à la palombe s'est d'abord développée entre Nérac et Casteljaloux. Les chasseurs lot-et-garonnais venaient à Bazas montrer leur savoir-faire.

 

2) Après Pellegrue et maintenant Bazas, n'y a-t-il pas un risque à multiplier les fêtes de la palombe ?

Je crois qu'il n'y a pas de gêne à montrer ce qui se passe à l'intérieur des palombières. L'idée de cabanes éveille notre imaginaire dans des lieux tenus secrets et qui nous renvoient à notre enfance. A Pellegrue, il y a maintenant un mois, on a vu affluer des chasseurs passionnés, mais aussi des familles entières. Il y a une vraie volonté de montrer au grand public la pratique d'une chasse traditionnelle. A l'exception de la palombe, il n'existe aucune fête pour d'autres espèces de gibier.

 

3) Vous avez publié "Le Dictionnaire de la palombe". Est-ce à dire que ce type de littérature connaît un certain succès ?

L'année dernière à Bazas, nous étions rendus à 4 000 exemplaires vendus. Avec les Editions Sud Ouest, nous avons dû relancer un second tirage au mois de février. Nous sommes à 7 200 exemplaires vendus. Il s'agit du plus gros succès avec "L'Airbus A 380". Je salue ici le travail d'écriture en collaboration avec Jacques Luquet et Pierre Verdet et la mise en page de Marie Cardinaud.

 

Propos recueillis par Pierre Lascourrèges 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article